Un retour des festivals de musique pour cette année ?

À l’heure où habituellement les plus grands festivals de musique français dévoilent leur programmation de l’été, cette année l’incertitude plane encore quant au maintien de ces manifestations musicales. Une crainte subsiste pour les organisateurs : vivre une seconde saison blanche.

Les organisateurs des festivals de musique veulent y croire

Pourtant, les organisateurs français sont déterminés à “y croire”. En octobre dernier, 119 d’entre eux s’étaient réunis à Avignon pour réfléchir collectivement à des solutions afin de ne pas revivre les annulations en cascade de l’année dernière. Décidés à organiser leurs événements en 2021, ils ont signé une tribune ayant pour but d’interpeller le gouvernement sur leur situation. Parmi les signataires, on retrouve les grands noms français comme le Hellfest, les Eurockéennes, les Francofolies ou encore Rock en Seine.

Malgré la situation sanitaire, les organisateurs ont envie de garder espoir et sont optimistes sur le maintien des événements musicaux. Ils affirment vouloir travailler main dans la main avec la ministre de la Culture pour créer des festivals qui seront “adaptés dans leur format au contexte sanitaire”. Pour l’instant, la réponse de Roselyne Bachelot reste prudente. La reprise des manifestations musicales se fera en fonction de l’évolution de l’épidémie et de la campagne de vaccination.

Une retour sous conditions

De toute évidence, les festivals ne se tiendront pas sans un protocole sanitaire strict préalablement défini. Sens de circulation tracé, gel hydroalcoolique à disposition, ou encore restauration assise sont des pistes évoquées par les directeurs artistiques des plus grands festivals français.

Les mesures mises en place pourraient s’inspirer des concerts test ayant eu lieu à Barcelone ou à Londres. À Barcelone, le concert avec un protocole sanitaire très strict avait donné des résultats plus que concluants, puisque huit jours après l’événement, aucun participant n’avait été testé positif à la Covid-19. La ville de Marseille s’est portée volontaire pour organiser le même type d’événement courant février.

Pour réfléchir à ces scénarios alternatifs, une rencontre est organisée le 18 février entre les représentants des festivals et Roselyne Bachelot. Ces derniers attendent une réponse concrète quant aux conditions de reprise des événements. Les premières réponses ne devraient donc plus tarder à arriver.